Nouvelle Zélande : Ile du Sud, île de tous les extrêmes

Comment parler objectivement de la Nouvelle-Zélande ? C’est bien simple, je ne le pourrais pas même si je le souhaitais. J’aimerais vous dire qu’il ne faut surtout pas y aller, que ce pays ne vaut en rien sa réputation et qu’il ne sert à rien de faire 24h d’avion avec parfois de pénibles escales pour pouvoir le rejoindre. Mais en fait, s’il ne faut jamais y aller, c’est parce que vous allez vouloir y revenir … vite … très vite. Ce pays vous prend par le coeur et ne vous lâche plus. Et la seconde fois, vous pleurez de joie quand vous arrivez et de tristesse quand vous repartez en attendant avec impatience le prochain vol de 24 heures qui vous amènera au paradis. Car oui, il existe bien ce paradis tant recherché ! A l’autre bout du monde, au Pays du Long Nuage Blanc, Aotearoa.

La Nouvelle-Zélande a capturé mon coeur il y a 22 ans. Depuis, je n’ai de cesse que de trouver des stratagèmes pour y retourner. J’ai donné leur chance à de nombreux autres pays dans le monde mais peu lui arrivent à la cheville. Un groupe d’îles paradisiaques proche du pays des kiwis a doucement fait sa place dans mon âme et a grignoté une moitié de mon coeur qui est donc à présent mi-Maohi (polynésien) mi-maori (néo-zélandais). Mon coeur aurait voulu que je sois une enfant du Pacifique, et si je ne suis pas née polynésienne ni néo-zélandaise, j’essaie d’apprendre chaque jour un peu plus de cette culture qui m’attire et m’appelle constamment. 

Cet itinéraire que je vais vous donner est la quintessence de ce que tous mes voyages dans ce pays m’ont apporté. Si vous aimez la nature, vous y trouverez ce qu’il peut y avoir de mieux dans ce domaine.

L’itinéraire est optimisé pour 2 semaines mais vous pouvez me contacter pour tout renseignement car il s’agit d’une destination que je connais particulièrement bien.

Queenstown : la ville de l’aventure

Deux options pour arriver dans cet aéroport international, point de départ à ce périple «Ile du Sud» :

– Soit vous venez d’Australie et vous pouvez trouver un vol direct qui vous fera économiser temps et argent (Air New Zealand, Jet Star, Virgin ou encore Quantas volent depuis cette destination).

– Soit vous arrivez à Auckland, Christchurch ou Wellington en Nouvelle-Zélande et vous devrez alors prendre un vol intérieur.

Queenstown est le meilleur spot pour débuter un séjour néo-zélandais. Situé au sud de l’Ile du Sud, la ville est suffisamment touristique pour avoir tout ce qu’il faut en matière de location de voiture ou de camping car et offre la meilleure porte d’entrée à la région des Fiordlands, des Glaciers ou encore de l’Otago.

Nous avons eu la chance de venir en saison hivernale et donc de profiter du ski. Nous avons skié dans deux domaines : les Remarkables et Coronet Peak. Tous deux sont très facilement accessibles en bus depuis le centre de Queenstown. Une fois arrivés en bas des pistes, vous pouvez louer votre matériel de ski pour la journée. Il y a peu de remontées et peu de pistes mais il y a également peu de monde. Le lieu est magique car vous skiez au milieu des décors hivernaux du Seigneur des Anneaux.

De plus, vous pouvez skier de nuit trois soirs par semaine et si le froid est mordant, c’est une expérience fascinante.

Nous avons eu deux jours de soleil magnifique et en avons grandement profité. Les restaurants d’altitude sont raisonnables en terme de budget mais les forfaits de ski sont assez onéreux : 167$ pour les adultes pour un jour de ski avec location (environ 98 euros). Mais cela vaut vraiment le coup de tester ce ski du bout du monde !

L’hôtel Mercure de Queenstown est parfaitement situé face au lac et très agréable après un long voyage de 24h. Le petit déjeuner buffet du matin est un régal. Nous avons diné au Blue Kanu, restaurant d’inspiration polynésienne et asiatique que je recommande fortement ainsi qu’à un restaurant japonais beaucoup plus simple qui fait d’excellents Ramen, le Queenies Dumplings.

Une autre option est de manger en hauteur au Stratosfare Restaurant dans la Skyline. Vous y accédez avec des oeufs et là-haut, vous pouvez profiter de la vue ou encore des parcours de luge acrobatiques et très impressionnants. Le buffet est composé de mets variés mais de qualité un peu médiocre. La vue, elle, est à couper le souffle.

Queenstown est une ville très chic sur les bords du lac Wakatipu entourée des magnifiques Alpes néo-zélandaises. Les Air B and B y fleurissent dans des maisons avec vue toutes plus belles les unes que les autres. Si vous choisissez de résider en dehors du centre, une voiture est alors indispensable.

DSC_5035

Parmi les activités à faire au retour du ski, le spa Onsen Hot pools est une expérience inoubliable à vivre avec celui que vous aimez. Il faut impérativement réserver à l’avance pour pouvoir profiter d’un jacuzzi privatif qui s’ouvre sur la nature environnante grâce à un astucieux système de fenêtre coulissantes que vous commandez d’un bouton. De nuit, avec les étoiles et les lampes allumées, c’est encore plus magique. Si vous le souhaitez, une navette peut venir vous chercher au centre de Queenstown. Il y a plusieurs packages, nous avons opté pour le pack «indulgence» comprenant une bouteille de mousseux et des petites douceurs. Vous pouvez aussi expérimenter un massage avant ou après votre jacuzzi. Bref, ce lieu est hautement recommandé. Nous avons eu énormément de chance de pouvoir le faire – une place s’est libérée au dernier moment – donc ne laissez pas passer votre chance et réserver bien à l’avance votre expérience de détente.

DSCN0855

Lors de précédents séjours, j’ai expérimenté Dart River Stables lors d’une ballade à cheval de deux heures sur les lieux du tournage du Seigneur des Anneaux et du Hobbit (j’avais d’ailleurs assisté au tournage de ce dernier mais c’est une autre histoire). Votre monture sera peut-être célèbre, la mienne avait participé à la bataille des Champs du Pelennor. Et on vous racontera l’histoire incroyable de ce groupe de cavaliers arrivé en plein de tournage de Wolverine et se trouvant nez à nez avec un Hugh Jackman dans le plus simple appareil. Les chevaux sont adorables et très sécurisants pour les cavaliers non expérimentés. Pour les autres, les lieux sont tellement sublimes que vous oublirez vite que vous ne ferez que du pas …

Vous pouvez également tester le saut à l’élastique là où cette activité est née, sauter en parachute à 15 000 pieds et filer sur les rivières en jet boat toujours sur les lieux du tournage des deux trilogies de Peter Jackson. Le Shotover Jet est comme son nom l’indique un bateau ultra rapide capable de demi-tours impressionnants. Ce fut une expérience amusante et assez enthousiasmante !

Nous avons loué un camping car auprès de Jucy à l’aéroport de Queenstown et ce fut la meilleure décision que nous ayons prise. Leurs camping cars sont extrêmement bon marché en basse saison, très confortables et permettent de dormir en dehors des campings grâce aux toilettes sèches et à la douche intégrée. La compagnie se met en quatre pour vous aider, elle nous a même mis une voiture à disposition gracieusement car notre camping car n’était pas tout à fait prêt. Hors saison, le camping car est vraiment la bonne solution pour se loger et se déplacer. Nous n’avons jamais eu froid grâce au chauffage d’appoint. Les frais d’abandon sont très faibles ce qui nous a permis de faire le tronçon Queenstown – Christchurch puis de louer une voiture afin de traverser le détroit entre les deux îles en ferry puis de louer un nouveau camping car à Wellington et ainsi d’éviter des frais importants de transport du camping car sur le ferry. We love Jucy !!!

Crown Range : LA route !

La route la plus haute de Nouvelle-Zélande relie les villes de Queenstown et Wanaka. Elle s’élève à une altitude de 1121m et peut s’avérer difficile car souvent recouverte de glace et de gel en hiver. Nous avons eu la chance de la faire en plein mois d’août – donc en hiver – avec des conditions extrêmement favorables : soleil, chaleur. Aucun risque de verglas à l’horizon !

Vous pouvez passer par le village historique d’Arrowtown, ville qui accueillit la fièvre de l’or et les miniers au XIXème siècle dès 1867 quand on a trouvé de l’or dans la rivière Arrow. Certains bâtiments historiques existent toujours et les maisons des mineurs et des commerçants se visitent le long de la rivière.

Milford Sound

Milford Sound est l’un des lieux les plus emblématiques de l’Ile du Sud de la Nouvelle-Zélande : les fjords du Sud.

Sauvage, brut, pluvieux, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ce «bout du monde» imprenable et fascinant. Je m’y suis déjà rendue plusieurs fois en voiture par la seule route possible qui passe par le charmant village de Te Anau. Le trajet est très long, plus de 5h de route mais les paysages en valent tellement la peine ! Lors de ce nouveau séjour, nous ne devions pas aller à Milford Sound par manque de temps. Mais le destin en a décidé autrement. Je suis tombée sur un blog décrivant une excursion pour Milford Sound en avion privé depuis la ville de Wanaka. Les excursions que j’avais pu voir depuis Queenstown étaient absolument hors de notre budget mais là, cela semblait réalisable. Encore fallait-il que nous partions car, à notre arrivée à l’aéroport de Wanaka, la compagnie Southern Alps Air nous a annoncé que le temps était mauvais à Milford et qu’il y avait une grande possibilité que nous n’atterrissions pas. Tous les passagers ont décidé de prendre le risque et nous sommes partis. Bien nous en a pris car non seulement, nous avons vu les paysages les plus spectaculaires des Alpes Néo-Zélandaises mais nous avons aussi pu atterrir et faire la fameuse croisière sur le Milford Sound. Le vol aller vous fait passer au coeur des Alpes du Sud, avec des paysages à couper le souffle. Vous voyez les plus hauts monts néo-zélandais et pléthore de glacier et de vallées glaciaires. 

Il y a des dizaines de bateaux qui font cette croisière le long du fjord et je vous recommande Mitre Peak, la compagnie qui possède les plus petits navires et qui propose un service plus personnalisé. Lors de ces croisières, vous pourrez voir les nombreuses cascades du fjord, la végétation luxuriante et surtout les nombreuses otaries et les manchots qui le peuplent. La population de grands dauphins la plus septentrionale du monde vit dans ces eaux mais il est très rare de les croiser. Nous avons eu la grande chance de voir un léopard des mers se reposer sur le rivage. Ces animaux ne vivent généralement que dans les iles antarctiques.

Le retour se fait également par les airs avec des lumières différentes mais toujours autant de plaisir et de beauté à découvrir. Si vous en avez les moyens et la possibilité, n’hésitez pas !

Boulders : plus que des rochers ronds

Après une longue route en direction du nord, nous arrivâmes enfin à Moeraki. Sur cette plage se trouvent de curieuses formations de pierre de forme ronde pouvant peser jusqu’à 7 tonnes pour les plus grosses d’entre elles. Ils pourraient passer pour des oeufs de dinosaures. La légende maorie raconte que ce sont des paniers renversés d’un canoe. Mais en fait, il s’agir de calcite massée autour de boules de boue fossilisées. L’érosion les aurait arrondis. Mais cette théorie scientifique n’est valide que jusqu’à la prochaine découverte … Wait and see !

Mieux vaut y aller à marée basse car sinon, vous ne verrez rien et également au coucher ou au lever du soleil car la foule est encore peu nombreuse et vous aurez, comme nous, les Boulders juste pour vous ! Je me suis d’ailleurs amusée à y faire – modestement – du light painting. Soyez indulgents, ce sont mes premiers essais ! 

Katiki Point Lighthouse est une réserve naturelle à deux pas des Boulders. Vous laissez votre véhicule au phare après une route sinueuse dans la campagne néo-zélandaise puis vous descendez le long des falaises pour observer les manchots aux yeux jaunes et les otaries à fourrure de Nouvelle-Zélande. Le spot est magnifique et peu connu, vous serez tout seuls ou presque. On a vraiment un sentiment de communion avec la nature et de tranquillité. N’oubliez pas de laisser un peu d’argent dans la boite pour la protection et préservation des manchots.

Kaikoura : le paradis des animaux marins

Il y a une ville au monde où je rêve d’habiter : Kaikoura. Les Maoris sont arrivés en ce lieu il y a bien longtemps et ont décidé de s’y installer car ils en ont reconnu les richesses. Le nom maori de la ville est “Te Ahi Kaikoura a Tama ki Te Rangi” ce qui signifie « Le feu qui a cuit les langoustes de Tama ki Te Rangi ». Et des langoustes, vous pourrez en déguster d’excellentes ici. On les appelle « crayfish » et ce sont les vedettes de la péninsule.

DSC_5092
La très célèbre Nins Bin qui vend des langoustes sur place et à emporter.

Kaikoura a subi un terrible tremblement de terre il y a un an et demi. Les habitants se sont portés secours, ont retroussé leurs manches et ont réparé les dégâts. Ce terrible drame arrivé en pleine nuit ne peut être oublié si facilement mais la vie a repris ses droits. Les routes coupées ont été comblées, les terrains deblayés, les maisons reconstruites. L’esprit d’entraide des habitants, que l’on ressent lorsque l’on reste quelques jours en ces lieux, donne raison à l’adage « l’union fait la force ». Alors, n’hésitez pas à vous y arrêter pour plusieurs jours afin de profiter de tout ce que la région a à offrir ! La ville est le paradis des sports nature et surtout de l’observation des mammifères marins : cachalots, otaries et dauphins abondent dans ces eaux et s’observent toute l’année. Vous pourrez les voir depuis les airs (en hélicoptère ou en avion), depuis la mer et même sous l’eau ! Ici vous pourrez vous mêler aux nomades des mers, les grands oiseaux marins, et tenter de percer leurs secrets. 

Réaliser un rêve : nager avec les dauphins

Commençons tout d’abord par l’activité qu’il ne faut surtout pas rater : la nage avec les dauphins. A Kaikoura, vous avez de la chance : vous bénéficiez de la meilleure compagnie au monde dans ce domaine Dolphin Encounter et vous nagerez avec les dauphins les plus curieux et joueurs que vous aurez l’occasion de rencontrer sur la planète entière, les lagénorhynques obscurs. Autant vous dire que c’est THE PLACE pour se jeter à l’eau au propre comme au figuré avec des centaines de dauphins qui viendront vous observer à quelques mètres de votre masque et vous défier au jeu ! Bon, pas de surprise, vous ne gagnerez pas face à la vitesse et à l’agilité de ces torpilles marines !

Je vous conseille, si vous en avez le courage, de faire la première sortie de la journée : la mer est bien plus calme, les animaux sont bien présents et actifs et vous aurez en bonus le lever de soleil ! A votre arrivée, vous serez accueillis à la réception puis dirigés vers la salle du matériel où on vous prêtera palmes, masque et tuba mais surtout une combinaison bien épaisse car l’eau est froide (mais promis, tout cela est vite oublié quand les dauphins jouent autour de vous !). Ensuite, vous allez vous changez dans les confortables vestiaires puis vous passez au briefing, où vous visionnez un film très pédagogique dans lequel on vous explique la procédure à suivre pour que les dauphins restent jouer autour de vous. C’est vous qui devez distraire les dauphins pour les garder intéressés et amusés et non l’inverse 🙂 Puis vous montez dans un bus qui vous emmène à l’embarcadère. Les trois bateaux de Dolphin Encounter ont été entièrement construits pour emmener les gens nager avec les dauphins. Ils sont très confortables et permettent de se changer après la nage au chaud et à l’abri du vent, ce qui est fort appréciable. Une fois sur le bateau, on vous donnera un numéro car pas plus de 8 personnes sont admises dans l’eau au même moment avec les dauphins. Souvent, les nageurs en ont assez après leur premier « drop » dans l’eau et vous aurez donc la possibilité d’en faire plusieurs. Vous vous placez, avec tout votre équipement installé, sur la plate-forme arrière du bateau et quand le skipper crie « go, go, go », vous pouvez vous glisser doucement dans l’eau. 

Le temps que vous passerez avec les dauphins dépend entièrement de leur comportement. Parfois, un seul « drop » suffit car les dauphins restent autour des nageurs pendant toute la session. Parfois, il faut plusieurs « drops » pour capter leur attention. Nager avec ces animaux curieux et fascinants dans leur élément est un moment magique. Il y a peu de lieux dans le monde où vous pourrez nager avec les dauphins dans de telles conditions. De nombreuses études scientifiques ont prouvé que cette présence humaine, bien régulée, ne perturbe pas le cycle journalier de ces dauphins. On ne protège bien que ce que l’on connait bien. Dolphin encounter permet à tous de mieux connaitre les dauphins et de les découvrir à la manière d’un documentaire de National Geographic mais dans des conditions réelles et pas derrière un écran de télévision !

A votre retour sur le bateau, vous aurez le temps de vous changer et de vous réchauffer (au programme, douche et chocolat chaud) avant d’entamer la deuxième session, les photos des dauphins nageant à l’étrave du bateau. C’est un moment privilégié car ces animaux aiment par dessus tout nager le long du navire et profiter de sa lame d’étrave pour effectuer toutes sortes de pirouettes pour lesquelles ils sont connus.

Observer baleines et dauphins depuis un catamaran rapide

La compagnie Whale Watch Kaikoura a une histoire passionnante. Elle est possédée et dirigée par une tribu Maorie, les Ngāti Kuri, depuis 1987. L’ancêtre des Maoris Paikea a découvert la Nouvelle-Zélande sur le dos de Tohora, la baleine. Lorsque le chômage a touché durement cette communauté de Kaikoura, Billy Solomon s’est rappelé de la légende et s’est dit que les baleines pourraient sauver son peuple une fois de plus. Les Maoris de Kaikoura ont hypothéqué leurs maisons pour acheter de petits bateaux et emmener les touristes voir les baleines. 30 ans plus tard, la compagnie est florissante avec de gigantesques catamarans qui sortent en mer plusieurs fois par jour et l’équipe est majoritairement Maorie. 

Les baleines que vous pourrez observer sont principalement des cachalots, les plus grands cétacés à dents. Les mâles uniquement viennent à Kaikoura se nourrir dans les profondeurs de la grande faille sous-marine de Kaikoura, de poissons et surtout de calamars géants. Ils peuvent plonger à 2000 mètres de profondeur et retenir leur souffle de 30mn à 1heure ! Ces animaux, dont ce sont inspirés les ingénieurs qui ont conçu les sous-marins, ne restent que quelques minutes en surface pour s’hyperventiler avant de replonger dans les profondeurs marines.

C’est à ce moment-là que les bateaux extrêmement rapides vont les approcher pour que vous puissiez les observer. Les cachalots sont suivis dans leurs pérégrinations sous-marines grâce à un hydrophone plongé dans l’eau. Ils émettent en permanence des clics d’écholocation pour se diriger et repérer leurs proies. Lorsqu’un cachalot arrête d’émettre ces sons, c’est le signe qu’il est en train de remonter à la surface. Les guides repèrent alors son souffle et le bateau peut s’en approcher. Les cachalots mâles sont peu sociables, il est rare d’en voir plusieurs à la surface en même temps. Vous verrez l’animal expirer l’air de ses poumons et se reposer 5 à 10 minutes avant de prendre une dernière inspiration et repartir dans les profondeurs en levant majestueusement sa nageoire caudale. Vous aurez sans doute aussi l’occasion de croiser les dauphins lagénorhynques qui se livreront sans doute à de multiples acrobaties !

Prendre de la hauteur et observer les baleines depuis les airs

A Kaikoura, vous pourrez aussi, pour un prix assez raisonnable, faire un vol en avion à hélice au-dessus des cachalots et des dauphins que vous observerez d’une toute autre manière. Le vol de 30mn est une bonne option car vous pourrez facilement voir plusieurs baleines ainsi que les paysages environnants. Réserver la veille est une bonne idée car vous serez assurés de la météo et d’avoir une place à bord. Nous avons eu la chance d’avoir un avion pour nous deux et c’est une situation confortable et très pratique pour les photos puisque nous avons chacun bénéficié d’un hublot.

La compagnie Wings over whales existe depuis 1991.  Les professionnels du tourisme tel Dolphin Encounter ou Whale Watch Kaikoura utilisent leurs services pour chercher les cétacés afin d’aiguiller leurs bateaux dans la bonne direction. Ils sont extrêmement compétents et vous donnent des informations pertinentes sur les animaux observés. Il est très intéressant de voir les baleines sous un autre angle, particulièrement les cachalots qui sont peu visibles en surface. Seul leur évent et leur nageoire dorsale sont observables quand ils respirent. Depuis les airs, vous voyez tout l’animal et c’est vraiment spectaculaire. De plus, voler avec les merveilleuses montagnes du Kaikoura Range en panorama est un pur régal ! 

Voir les nomades des mers : les grands albatros et pétrels géants

Voilà une activité qui, à priori, n’avait rien pour me passionner. J’adore les animaux mais je ne suis pas une grande fan d’oiseaux, je dois bien l’admettre. Je ne fais pas du tout partie de ces ornithologues qui peuvent différencier deux sous-espèces grâce à une légère variation du plumage. Photographier des oiseaux posés sur une branche ne m’emballe pas plus que cela.

Mais là, il s’agit de tout autre chose ! Vous allez littéralement vous retrouver entourés de centaines d’oiseaux et pas n’importe lesquels, ceux que l’on ne trouve que dans les îles de l’Antarctique : les grands albatros et pétrels. Ces nomades des airs parcourent des centaines de kilomètres par an avant de revenir sur leur lieu de naissance donner à leur tour la vie. Ils repartirons après l’éclosion de l’oeuf, se laissant porter par la vague et le vent des mers les plus hostiles de notre planète. Symboles absolus de liberté, de puissance et de beauté, ce sont des animaux fascinants très difficile à approcher à part pour ceux qui ont la chance de se rendre dans ces contrées lointaines et inhabitées que sont les îles du continent Antarctique. Ici, pour pouvoir avoir la chance de les voir de près, ils faut les appâter avec un sac rempli de poissons gras mais ils ne sont pas nourris. Il leur arrive de prendre un peu de poisson du sac mais il n’y a pas de nourrissage à proprement parler, leur comportement n’est donc pas dénaturé.

Le bateau de Albatross Encounter  part en mer trois fois par jour. Je conseille encore une fois le premier tour car les conditions de mer sont souvent meilleures tôt le matin. Le bateau va rester immobile en mer pendant environ 1 heure et il est préférable d’avoir une mer plutôt calme pour éviter d’être malade. Une fois le port derrière vous, le bateau va se diriger vers le large. Souvent, en route, vous croiserez des dauphins d’Hector, une espèce endémique à la Nouvelle-Zélande et en voie de disparition. Leur nageoire dorsale est ronde comme les oreilles de Mickey Mouse !

Puis, le skipper va définir quel est le meilleur endroit pour s’arrêter et mettra à l’eau le sac plein de morceaux de poissons. Une fois que ce filet flottera sur l’eau, les oiseaux vont le sentir et s’en approcher. Vous les verrez planer autour du bateau puis se poser. Au début, ils seront quelques uns puis d’autres arriveront, qui verront leurs congénères posés sur l’eau. Le bateau changera d’emplacement deux à trois fois afin d’attirer d’autres espèces et vous repartirez avec une carte complète de toutes les espèces que vous aurez pu observer. Je ne saurai que trop vous conseiller cette activité qui est réellement magique pour tout amateur d’animaux et de nature. Voir les albatros voler autour du bateau est un spectacle d’une beauté éblouissante. Les voir près du bateau se chamailler parfois pour quelques bouts de poissons ou montrer quel est le plus fort est un moment incroyable de proximité avec ces nomades des mers et on se sent extrêmement chanceux de pouvoir les approcher dans ces conditions privilégiées.

1 réflexion sur « Nouvelle Zélande : Ile du Sud, île de tous les extrêmes »

  1. serialtravelersblog 17 avril 2018 — 22 h 15 min

    Tes photos sont superbes ! Merci de nous avoir replongé chez les Kiwis !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close